Brassens... Adieu
Oeuvres de M. F.
Photos Illustrations
Brassens... Adieu
Brel... Alexandrie
Gribouille
Hommage à Marie-Thé Fakhoury
Alexandrie
Photos Divers

1 - À TOUTES LES MAMANS DU MONDE

 

2 - NATURE ET SOLIDARITÉ

 

3 - L'ADIEU D'UN CHIEN À SA FAMILLE

 

4 - HOMMAGE À GEORGES BRASSENS

 

 5 - L'ÎLE ENCHANTÉE

 

 

1 - À TOUTES LES MAMANS DU MONDE

     ( POUR LA FÊTE DES MÈRES )

----------------------

Maman

Je te dédie du fond du coeur

Ces mots écrits avec chaleur

Sous forme d'un petit poème

Pour te dire combien je t'aime


Merci Maman

Pour l'amour que tu m'as donné

Depuis le jour où je suis né

Pour ton sourire en permanence

Qui a bercé ma tendre enfance


Pour tous les moments de bonheur

Que tu m'octroies avec ardeur

Pour ta sagesse et ta patience

Ta tendresse et ta bienveillance


Quand chaque nuit pour m'endormir

Tu te penches pour me couvrir

En me gratifiant au passage

D'un doux baiser sur mon visage


Toi qui brilles comme un soleil

Toi qui veilles sur mon sommeil

En chantonnant quelques rengaines

Sans jamais me montrer tes peines


Merci Maman

Pour tes soucis et tes tourments

Les multiples désagréments

Les épreuves que tu traverses

Toutes les larmes que tu verses


Je viens t'exprimer à mon tour

Ma gratitude et mon amour

Avec une émotion profonde

À toi, la plus belle du monde


Merci Maman

Du fond de mon esprit rêveur

Je te dédie avec ferveur

En souvenir de mon enfance

Mon infinie reconnaissance

 

 MARCEL FAKHOURY

 

2 - NATURE ET SOLIDARITÉ
------------------------

À l'aube de l'an neuf, j'adresse à mes amis
Des souhaits ingénus, un voeu qui m'interpelle
La remise en vigueur de desseins endormis
Pour diriger nos pas vers une ère nouvelle

Je souhaite à chacun le décloisonnement
De toute idée reçue, de proscrire les bombes
De lutter pour sauver notre environnement
De créer une armée de cent mille colombes

D'observer les rayons du sublime faisceau
Qui dépeint l'amitié et l'esprit d'ouverture
De clamer par le coeur, la plume et le pinceau
Notre amour du prochain, la foi en la nature

De penser à l'enfant perdu dans un taudis
Quit vit dans la misère et dans la déchéance
Qui n'a jamais cessé de croire au paradis
Qui réclame notre aide et un peu d'espérance

Je souhaite à chacun une année de bonheur
Que chaque heure qui passe, exaltante et féconde
Fasse que dans nos yeux scintille une lueur
Qui reflète l'espoir et l'avenir du monde

Marcel Fakhoury


3 - L'ADIEU D'UN CHIEN À SA FAMILLE
-----------------------------------

Désolé, je tourne la page
J'ai choisi d'abréger mes maux
Je pars pour un dernier voyage
Au paradis des animaux

Je vous tire ma révérence
J'ai mis un terme à mes douleurs
Ne regrettez point mon absence
Je vais là où poussent les fleurs

Quand je serai parmi les anges
Je me souviendrai du hameau
Où les moineaux et les mésanges
Chantaient gaiement sur un rameau

Où le soir, près de la fenêtre
Comme un fidèle admirateur
Je dévorais des yeux mon maître
Penché sur son ordinateur

C'est dans ce coin un peu bohême
Que j'ai vécu mes plus beaux jours
Entre une prose et un poème
Gravés dans mon coeur pour toujours

Je m'endormais dans ma panière
Le coeur léger, l'esprit serein
Qu'elle était douce ma chaumière !
Qu'il est immense mon chagrin !

Adieu mon maître, adieu maîtresse
Merci pour les moments heureux
Vous m'avez comblé de tendresse
Et de sentiments chaleureux

Je vais rejoindre l'autre monde
Le jardin de sérénité
Où nous entraîne dans sa ronde
L'horloge de l'éternité

Marcel Fakhoury (2008)

4 - HOMMAGE À GEORGES BRASSENS
------------------------------
Parce qu'un poète de génie de meurt pas
Un matin j'ai osé entrouvrir cette grille
Qui conduit les croquants de la vie à trépas
Je voulais à tout prix rencontrer le gorille

De là, je suis parti comme une jolie fleur
Déguisé, pour la cause, en une peau de vache
Malgré les moqueries d'un merle persifleur
J'accélérais mes pas pour accomplir ma tâche

Je fis un premier tour chez les copains d'abord
Puis chez le vieux Léon et chez Bacchus, l'ivrogne
Le mouton de panurge avait viré de bord
Tandis que le grand Pan voyait rougir sa trogne

Dans ma ronde je vis, si vous me pardonnez
Un sujet repenti et même la camarde
Il restait quelques fleurs dans le trou de son nez
Semées par ce voyou, sans doute par mégarde

Je l'ai cherché partout, chez le tonton Nestor
Chez le brave Auvergnat, aux noces de Jeannette
Chez son oncle Archibald, chez la femme d'Hector
Même chez ses maîtresses Hélène et Marinette

Je l'ai cherché en vain, dans les bois de mon coeur
Chez sa Jeanne et auprès de son arbre superbe
Sous le bel amandier et chez le fossoyeur
Dans les près, les lilas et dans la mauvaise herbe

Lui qui n'avait jamais retiré son chapeau
Sauf pour cette poupée qui lui offrit sa bouche
Lui qui passait son temps à jouer du pipeau
Aux filles à cent sous qui partageaient sa couche

Il n'était nulle part ce joueur de flûteau
Ni sur les bancs publics, ni dans l'étroit passage
Où se pressent les gars sur les flancs d'un coteau
Au moment où Margot dégrafe son corsage

En lançant à Vénus ma ronde de jurons
En me mordant les doigts d'avoir raté ma tâche
Je vis passer au loin deux cocasses lurons
Le plus grand exhibait une fière moustache

En l'entendant chanter "Le rut, le rut, le rut !"
Je reconnus la voix de notre joyeux drille
Il tenait par l'oreille un vieux juge en bois brut
Qui en criant "Maman !", hurlait "Gare au gorille !"

Gare au gorille !

Marcel Fakhoury (2005)

 

5 - L'ÎLE ENCHANTÉE
-------------------
Quand revient le printemps
Sur une île lointaine
Où chantent les sirènes
Depuis la nuit des temps

Les lutins d'autrefois
Les nymphes vagabondes
Racontent à la ronde
Il était une fois

Dans un site enchanteur
Un papillon sommeille
Dans les bras d'une abeille
À l'ombre d'une fleur

Ils ont pris les chemins
Des elfes et des anges
Bercés par les mésanges
Et l'odeur des jasmins

Dans ses sabots crottés
La belle de Lorraine
Et ses trois capitaines
Y dansent tout l'été

La blonde Cendrillon
La douce Blanche Neige
Font des tours de manège
Au son des carillons

Et le prince charmant
Le coeur plein de tendresse
Chante pour sa princesse
La belle au bois dormant

Chacun a sa maison
Son palais de chimère
Son château de lumière
bâti sur l'horizon

Un jour nous partirons
Vers cette île magique
Aux couleurs féeriques
Qui nous enchanteront

Là-bas nous mènerons
Une vie de bohême
J'écrirai des poèmes
Qui te passionneront

Nous rêverons devant
La beauté d'une toile
En cueillant les étoiles
De la rose des vents

Puis, les yeux dans les yeux
Nous valserons en douce
Sur un tapis de mousse
Sous la voûte des cieux

Marcel Fakhoury (2002)

 

 

 

 

 

 

marcel.fakhoury.fr
28/07/02